Le Perfectionnisme (philosophique)
Accueil du site > Barack Hussein Obama > Le kérygme de B.H Obama s’est-il usé à l’exercice du pouvoir ?

Le kérygme de B.H Obama s’est-il usé à l’exercice du pouvoir ?

mardi 23 octobre 2012

Quatre ans plus tard où en somme nous ? Il est significatif que au moment d’écrire l’épilogue de mon essai, vient de se clôturer le dernier débat entre B.H Obama et son rival Mitt Romney. Il s’agit d’un débat sur la politique étrangère qui vient ponctuer toute une campagne présidentielle sur la question du rôle des Etats-Unis dans le Monde et pour le Monde. Qui aura le dernier mot, encore une fois, chacun peut s’en apercevoir, entre deux Amériques que tout sépare ? C’est le moment du choix. Mais il n’est pas forcément besoin de mettre en balance un bilan dont beaucoup de spécialistes disent qu’il est mitigé pour ajouter qu’il ne pouvait pas en être autrement (blocage politique, situation économique et internationale).

La question est plutôt celle-ci : la voix de B.H Obama possède-t-elle en réserve un souffle capable de porter encore ce changement qui a déjà commencé à s’effectuer dans le monde ? Mais il faudrait que ce premier changement ait porté significativement ses fruits. Toutefois, le temps d’une présidence n’est pas forcément celui où l’espoir se réalise. Le temps de l’espoir, pense-t-on a une portée plus grande, plus diffuse dans l’histoire. Comment juger ?

Mais les signes sont visibles. C’est à la lumière de ses signes qu’il faudrait juger et c’est à la mesure de la promesse que portait B.H Obama quatre ans plus tôt qu’ il faudrait évaluer ce qui s’est réalisé. Qu’était cette promesse ? C’est ce que j’ai essayé de dire, en reprenant les mots perfectionnistes de Stanley Cavell pour lequel il ne s’agit pas du renouvellement d’une promesse de type messianique mais d’une promesse tout de même, limitée mais effective et patiente. Est-ce que l’idée qu’elle ne s’est pas réalisée entièrement compromet son élan ? Ou au contraire, de par sa nature même de promesse, n’est-elle pas destinée à se relancer elle-même ? Car la promesse est une réserve infinie pour le Monde ; elle est, comme le pardon, sans limite. Toute promesse excède toujours la vérification des mots aux actes. La promesse que portait B.H Obama était-elle bien de cette nature ? Le kérygme (inutile de préciser "laïc") était : We the people in order to form a more perfect union. C’est de là qu’il faut repartir pour juger. Le kérygme est-il retombé, s’est-il usé à l’exercice du pouvoir ? Je ne pense pas. Je pense qu’il est toujours actuel dans la lutte pour les droits des femmes, la santé des plus démunis aussi bien que dans la recherche d’une nouvelle forme d’alliance des Etats-Unis avec les autre pays du monde. Ce n’est pas lui qui s’est affaibli, c’est le monde auquel il était destiné qui ne l’a pas perçu ; ce n’est pas la parole de B.H Obama qui s’est essoufflée ce sont les oreilles auxquelles elle s’adressait qui ne l’ont pas entendu. B.H Obama combattu, mal compris en Amérique, et ici, pour ne parler que de la France, toute une classe politique qui essaie de le singer mais qui est incapable de rendre justice à la "diversité" de son corps social (alors que c’était là que résidait ,s’il avait fallut en tirer une leçon, toute la figure de Barack Hussein Obama) en sont les formes les plus frappantes.

Certains verront dans un éventuel échec électoral pour un second mandat la juste sanction d’un réalisme politique, et ils auront tort ; ce sont les véritables ennemis d’un perfectionnisme politique que j’ai essayé de défendre. Ce sont des spécialistes de la politique qui saisissent toujours après-coup la vérité (et qui ne la saisissent que dans l’après-coup). Une défaite de B.H Obama serait uniquement leur vain succès. Le politique sera toujours d’un autre ordre que la politique. Aussi, je préfère penser en ce 23 octobre 2012 à cette victoire qui a déjà eu lieu et à toutes les mauvaises raisons qui s’ingénient à la nier : renoncement, opportunisme, conformisme…

, avec la certitude d’avoir déjà gagné.

Voir en ligne : Barack Obama - une réprésentation politique du perfectionnisme.

1 Message

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0